Le projet TranSPORT(S) questionne les pratiques sportives et de loisirs, au sens large, dans les espaces transfrontaliers européens, notamment dans le contexte de l’action publique de coopération territoriale européenne. Avec l’émergence de structures transfrontalières, cette politique européenne n’a cessé de s’accroître en apportant un cadre juridique d’action et des financements pour des projets visant une nouvelle citoyenneté transfrontalière.

À partir des pratiques sportives et de loisirs, il s’agira d’interroger les usages, l’appropriation et les représentations sociales des frontières ainsi que les actions publiques visant la gestion et l’aménagement de ces espaces. Trois espaces transfrontaliers structurés en Groupement Européen de Coopération Territoriale (GECT) ou en cours de structuration seront comparés : franco-espagnol (Eurorégion Nouvelle-Aquitaine — Euskadi — Navarre), franco-allemand (Eurodistrict Strasbourg-Ortenau) et franco-italo-suisse (Espace Mont-Blanc). La méthodologie sera éminemment qualitative, à partir de données quantitatives de cadrage mobilisant les plateformes universitaires de données (PUD) des Maisons des Sciences de l’Homme (MSH).

Nous utiliserons les ressources propres de trois MSH (d’Aquitaine, d’Alsace et des Alpes) dans la gestion de données (PUD) et diffusion des informations. Le but final étant d’obtenir des résultats aussi bien pertinents pour les territoires transfrontaliers que rigoureux pour la communauté scientifique en envisageant une continuité post-programme grâce à un réseau international et pluridisciplinaire.